La France est un pays fier de soutenir ses plus faibles. Aucune société moderne ne doit avancer en ignorant ceux qui tombent dans la précarité. Néanmoins, les aides sociales ont été utilisées d’une façon qui confine au crime contre l’humanité. Pour des raisons électoralistes, les systèmes précédents ont poussé des millions de gens en marge de la société en sponsorisant leur échec depuis les fonds réservés à l’aide sociale.

Les engagements de ma présidence sur ce plan sont comme suit :

– Les Sans Domicile Fixe de longue durée seront pris en charge socialement, médicalement et – le cas échéant – psychiatriquement et hébergés dans des centres spécialisés. Ceux qui peuvent revenir à la vie active, seront aidés par des programmes valorisant leur expérience et talents existants.

– L’aide aux personnes handicapées (APA, PCH) sera revalorisée et les formalités simplifiées

– L’aide aux personnes âgées sera revalorisée et les formalités simplifiées

 

Par contre…

Une carrière ou un choix de vie d’aides sociales sera impossible. Ceux qui sont dans cette situation seront poussés à chercher des salaires en lieu  et place de versements d’aides. Des formations professionnelles et un accompagnement à l’insertion seront proposés.

– Il ne sera plus possible pour une personne en bonne santé de vivre des aides sociales. Les conditions d’octroi de celles-ci seront très restrictives. Aucun argent ne sera donné, mais des cartes prépayées permettant d’acheter des aliments et produits de première nécessité.

– Les allocations pour les enfants ne seront plus versées aux parents mais sur un compte bloqué accessible à l’enfant une fois qu’il commence des études supérieures ou professionnelles et uniquement en vue de financer celles-ci. Si de telles études n’ont jamais lieu, cet argent sera repris par l’Etat.

– Il sera impossible de toucher une allocation pour les étrangers qui n’ont jamais participé au système