Il n’y a jamais eu de rupture aussi profonde entre le public et les medias. La situation a atteint son paroxysme quand les medias français se sont mis à soutenir et reprendre à l’unisson la propagande des groupes terroristes. Pourtant, aucune démocratie ne peut vivre sans un journalisme libre et critique. Durant ma présidence, je m’engage à défendre ce secteur par les moyens suivants :

– La liberté de la presse sera étendue en rendant plus difficile les plaintes contre les medias. Les débats n’ont pas vocation à finir devant les tribunaux. Les magistrats refuseront de se saisir des questions liées à des propos qui vexent les uns ou les autres. Il sera affirmé que la démocratie est plus importante que l’amour propre de ceux qui ne peuvent pas entendre une opinion différente.

– La liberté des medias ne peut se concevoir que dans un contexte où il n’y a pas de dépendance financière vis-à-vis de l’Etat. Tous les avantages fiscaux ainsi que les subventions à la presse seront supprimés. La redevance audiovisuelle sera supprimée. Ces suppressions s’étaleront sur deux à trois ans mais devront in fine couper tout lien financier entre medias et Etat. Radios, journaux et télévisions devront se financer en servant leur public ou subir le cycle économique naturel.

– Les medias auront le droit de défendre une ligne politique unique et d’interdire toute diversité politique dans leur ligne éditoriale. En échange, s’ils suivent une telle doctrine, ils seront officiellement considérés comme « Commissariats Politiques Indépendants » et cette mention devra être affichée dans toutes leurs publications. Les employés de tels organismes n’auront pas de carte de presse mais une carte de « Commissaire Politique Indépendant ».

– Un journaliste qui fait la promotion de groupes terroristes sera considéré comme étant membre de tels groupes et sera passible de Cour Militaire.

 

Propagande en Arabe

La France est sous assaut idéologique de chaines satellitaires émettant en Arabe et distillant la propagande terroriste. Elles participent au maintien d’un marécage idéologique qui forme les tueurs de demain. Elles seront interdites d’émettre en France.